5 choses à connaître pour bien rédiger son CV !

Il y a des histoires de recherches d’emploi qui commencent mal au moment de rédiger un CV, avant même de déposer une candidature. Voici une check-list de choses à éviter pour bien rédiger son CV

#1   Démarrer sa recherche sans avoir fait son “deuil”

Auteure du guide des 50 erreurs à éviter pour trouver un job, Christel de Foucault voit dans cette précipitation la première erreur des candidats. Les chercheurs d’emploi ont souvent tendance à se lancer dans leurs démarches sans avoir fait le deuil de leur ancienne vie professionnelle, déplore cette ancienne recruteuse, aujourd’hui consultante RH. Or ces candidats “fantômes” ne sont que l’ombre d’eux-mêmes sur le marché de la recherche d’emploi. Elle recommande de respecter un délai de réflexion avant de rédiger ou de réactualiser son CV. Mieux vaut prendre un peu le temps de se reconstruire si l’on a été blessé en pratiquant une activité sportive, un loisir ou du bénévolat pour s’aérer la tête. C’est aussi le moment de se demander ce que l’on sait faire ou pas, et surtout ce que l’on a envie de faire ou pas, éventuellement en se faisant aider par un professionnel. Parole d’expert : “Ce temps perdu à vous reconstruire avant de vous lancer sera du temps gagné après dans votre recherche !”

#2   Connaître les bons mots-clés

Avant de rédiger un CV, il faut maîtriser certains codes. Que l’on cherche son premier poste ou l’on n’ait pas cherché d’emploi depuis longtemps, il faut savoir parler le langage du recruteur. ” Cela signifie utiliser les mots qu’il a envie, et surtout, besoin de lire ou d’entendre”, explique Philippe Douale, consultant en recrutement et co-auteur de “Recherche d’emploi : secrets de pros”.

Pour cela, rien de tel qu’une lecture minutieuse des annonces de son secteur avant de rédiger son CV.  Il s’agit de voir quelles compétences reviennent le plus souvent pour bien les valoriser dans sa candidature, à condition de les avoir bien sûr. Et certains logiciels pourront même faciliter la tâche de certains. L’idée est de reprendre intelligemment le lexique employé dans une annonce. Pour le décrypter, un logiciel comme Wordle est un outil formidable qui génère des nuages de mots-clés : vous y copiez par exemple le texte d’une annonce et il comptera la fréquence des mots. Il suffit ensuite de les intégrer à sa candidature…

#3   Se mettre en valeur sur son CV

Beaucoup de candidats partent perdant en se disant – au choix – qu’ils ne sont plus assez jeunes, ou pas assez expérimentés, ou pas assez diplômés ou tout simplement pas en poste”, témoigne Christel de Foucault. Parmi ses premiers conseils, ce coach recommande à tous les demandeurs d’emploi de se comporter d’avantage comme un chercheur d’opportunités, voire un offreur de services ou apporteur d’alternatives dont le recruteur a besoin.  Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas en poste que vous avez perdu de la valeur. Vous êtes et resterez toujours un expert dans votre domaine et c’est dans cet état d’esprit que vous devrez appréhender votre recherche d’emploi en allant à la rencontre des professionnels et de leurs besoins.

#4   Avoir une histoire à raconter

Là encore, que l’on ait une longue expérience ou pas de carrière derrière soi, il faut se préparer à un peu de story-telling.  Avant de rédiger son CV, il faut savoir déjà à quel poste on veut décrocher, afin de donner un titre général expliquant le poste que l’on vise sur son CV, commente Pauline Lahary, auteure du livre “Idées pour un CV qui cartonne”. Ensuite, toutes les expériences professionnelles et autres, doivent être présentées afin d’illustrer les qualités nécessaires. On peut essayer de montrer, si possible, une montée en compétence vers le poste auquel on aspire. C’est aussi la question vague à laquelle il faut se préparer. “Parlez-moi de vous” finira par lâcher un recruteur en entretien. Mais, avant d’en arriver là, le CV doit illustrer le story telling, c’est-à-dire l’histoire que le recruteur aura ensuite envie de raconter pour parler du candidat.

#5   Rédiger son CV avec ses soft skills

Cet exercice sera d’autant plus utile qu’il mettra en lumière le nombre croissant de qualités comportementales recherchées, et parfois aussi importantes, sinon plus, que certaines compétences professionnelles. Chacun d’entre nous est naturellement doté de ce qu’on appelle des soft skills, c’est-à-dire de qualités humaines comme l’empathie, l’écoute, la créativité ou la persévérance qui peuvent devenir de vraies compétences dans le monde professionnel, explique Jérôme Hoarau, coach et consultant en leadership et efficacité professionnelle.

Pour les mettre en valeur, il faut savoir les identifier. Nous les développons souvent sans le savoir dans notre vie personnelle, par la pratique d’un sport ou un engagement associatif par exemple. Raison de plus pour ne pas bâcler la rubrique un peu désuète dédiée aux centres d’intérêt sur son CV. Dire que l’on pratique la randonnée par exemple, sans contextualiser, ne sert pas à grand-chose. Mais en pratiquant la marche depuis longtemps, on a pu développer des compétences comme la patience ou la persévérance qui intéresseront un employeur. ”

 

Retrouvez nos offres d’emploi et opportunités de carrière sur Samajob.

Laisser un commentaire

ut dictum nunc non libero ipsum dolor.